Humeurs

Tout plaquer et recommencer à zéro

6 février 2019
recommencer à zéro

Il y a des moments dans la vie, où l’on a envie de dire “stop”. De tout arrêter, de tout plaquer. De recommencer à zéro prendre un chemin différent. Professionnellement ou personnellement, d’ailleurs.

Cette remise en question, je l’ai eue il n’y a pas si longtemps, durant quelques mois, en 2018. Et puis, c’est passé. Un peu comme un gros rhume qu’on oublie vite. Mais, il y a quelques semaines, j’ai appris qu’une connaissance, avec qui j’avais bossé le concours via un groupe facebook, a démissionné. Elle a choisi un autre chemin. Elle a eu le courage de faire ce que je n’ai pas osé durant mes remises en question professionnelles en 2017 et 2018. Bref, elle a osé ! Oui, osé, car il faut du courage pour tout plaquer et ne pas vraiment savoir si, finalement, on va s’épanouir dans un nouvel environnement, un nouveau métier, ou même une nouvelle sphère amicale.

Cette question “Et si je changeais de vie ?”, je me la suis effectivement posée à maintes reprises ces 10 dernières années. Il y a eu les soucis familiaux qui m’ont vraiment fichu un sacré coup au moral. Après, c’était au tour de mon “histoire d’amour” qui battait de l’aile. Et puis il y a eu le concours de professeur des écoles au cours duquel j’ai douté (plus d’une fois !). Plus tard, durant ce fameux boulot, j’ai encore eu des coups de mou, des envies de changement (de boulot ET d’évolution dans ma carrière…bref, rien de vraiment très bien défini). Mais finalement, qui peut prétendre avoir une vie parfaite ? Qui n’a jamais eu envie de changer de vie ?

Mon boulot

Je vous en parlais en introduction de cet article. Mon boulot n’a pas toujours été le plus simple qui soit. Même si j’aime ce que je fais et que (la plupart du temps) je m’épanouis, parfois, j’ai envie de tout plaquer. De recommencer des études dans ce qui m’a toujours plu : les langues étrangères (je me suis arrêtée, licence LEA en poche, pour poursuivre vers un master métiers de l’enseignement). Et parfois, j’ai envie de suivre ma deuxième passion : l’écriture. Quand je devais remplir tous ces fichus dossiers d’orientation, je me suis renseigné pour l’EFJ mais mes parents m’ont bien vite dissuadée, me disant qu’une telle voie était bouchée. Pourtant, écrire est bel et bien resté une passion. Aujourd’hui, j’écris sur le blog, j’ai terminé le premier jet de mon roman n°1 et je suis en plein dans l’écriture du roman n°2. J’aime lire, aussi. J’ai cette passion au fond de moi depuis de nombreuses années. Alors, quelques fois, je me dis que je vais quitter mon boulot et me lancer dans les métiers du livre, ouvrir une librairie, ou même devenir professeur documentaliste, pourquoi pas, et ainsi combiner l’enseignement avec ma passion de la lecture.

Et puis, il y a ces jours où tout recommencer à zéro me déprime. Et, dans ce cas, j’ai simplement envie d’évoluer sur ma carrière actuelle : passer un diplôme de maître-formatrice (pour aider les PE débutants) ou bien me lancer dans le CAPPEI, diplôme qui me permettrait de travailler avec des élèves handicapés. Mais, certains jours, j’ai simplement envie de changer d’école, d’aller en maternelle, de découvrir de nouveaux horizons, de me rapprocher de chez moi. Pour, chaque midi, couper de l’école et rentrer manger, regarder une série, sans voiture, juste à pieds.

Par contre, je vais être très honnête avec vous. Ce projet mis en place sur l’école depuis la rentrée me bouffe une énergie folle et est tellement différent dans la réalité par rapport au papier, que je suis vraiment redescendue d’un (enfin, plusieurs) étage(s) ! Je trouve tellement dommage de gâcher quelque chose qui aurait pu être génial et qui, finalement, est vraiment devenu un enfer pour moi. Je ne souhaite pas spécialement rentrer dans les détails sur le blog, mais sincèrement, cela contribue à me dégoûter d’une école que j’adorais jusqu’à présent. Heureusement que mes autres collègues sont de vraies perles.

Et dans ma vie perso ?

Je vous en parlais en introduction, mes débuts de jeune adulte n’ont pas été des plus radieux. J’ai fait comme qui dirait une crise d’adolescence à retardement. L’ambiance à la maison n’était pas vraiment joyeuse et moi non plus, à vrai dire. A plusieurs reprises, le moral ne suivait plus et est descendu tellement bas que j’ai eu de vraies idées noires. Mais ça, je ne suis pas fière d’en parler, alors, je le garde pour moi.

Même si je suis heureuse avec mon amoureux et que j’ai enfin trouvé l’homme de ma vie, je suis un peu triste que nous n’ayons pas toujours la même vision sur tout (après tout, ça semble quand même normal ?). Mais me dire que nous ne serons jamais mariés car monsieur ne le souhaite pas m’attriste malgré tout. Ne pas réussir à construire ce projet familial est également assez difficile à vivre par moment. J’aimerais pouvoir offrir cette paternité à mon amoureux… Mais comme on dit, “Tout vient à point à qui sait attendre”, alors, peut-être que rien n’est perdu.

Et puis, dernière chose, seul vrai “regret” de ma vie : ne pas avoir voyagé davantage avec mon amoureux. Mais, nous avons fait le choix de devenir propriétaire et je suis quasi certaine que si les choses devaient revenir en arrière, je referai exactement le même choix, sans me poser de questions.

Alors, je change de vie ?

Avec le temps, j’ai appris à prendre du recul, à me poser des questions. Mais surtout, à gérer mon impulsivité. J’ai toujours eu tendance à avoir envie de vivre mes rêves mais sans jamais vraiment oser me lancer. Pourtant, aujourd’hui, j’ai envie que tout cela chance…mais je suis davantage limitée : couple, appartement, crédit, boulot, etc… Alors, assez souvent, je me demande comment faire pour vivre mes rêves malgré tout. Je ne prétends pas avoir trouvé une solution parfaite qui s’adaptera à tout le monde, mais elle me convient et, depuis que j’ai fait ce constat, je suis encore plus heureuse et je profite davantage de ce que la vie a à m’offrir.

Mais finalement, qui peut prétendre à une vie parfaite ? Sûrement pas moi. Chacun doit simplement trouver la vie qui lui correspond. La vie parfaite…pour lui. Car, quoiqu’il en soit, même avec des hauts et des bas, la vie vaut la peine d’être vécue pour ce qu’elle est. Votre vie ne vous convient pas ? A vous de tout faire pour qu’elle devienne magique.

Avez-vous parfois envie de tout envoyer bouler ? Si oui, que faites-vous alors ?

PINTEREST - recommencer à zéro

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

10 commentaires

  • Reply From Soap To Lipstick 6 février 2019 at 18 h 13 min

    J’ai eu une grosse remise en question en 2018 dans ma vie professionnelle.. J’ai tout remis en cause, j’ai pris le temps de faire un bilan de compétence qui m’a confirmé ce que je savais déjà ( mon travail ne me correspond plus) Mais voilà, la réalité me rattrape “comment être sur que je ne vais pas regretter ?” je ne peux pas me permettre une perte de salaire ( crédit immobilier, enfants…) J’ai ouvert mon blog suite à tous ça d’ailleurs. Je suis tout de même quelqu’un de positif ! Je crois en moi et mes compétences ! J’ai des envies de voyager je le ferais mais c’est pas le moment . C’est vraiment pas facile d’être tiraillée entre “non je dois être raisonnable” et le ” mais on a qu’une vie je vais regretter…” Mais comme on dit ” qui ne tente rien n’a rien ” lol

    • Reply Fl3ur de lun3 9 février 2019 at 10 h 39 min

      Je me reconnais exactement dans ce que tu écris. La situation extérieure (crédit immo, par exemple) est un frein à ce désir de changer de job…la peur de ne pas être capable d’assumer financièrement derrière est un peu une épée de Damoclès au-dessus de la tête !
      Comme toi, en ce qui concerne notre plus grand rêve de voyage, nous l’avons mis de côté car ce n’est justement pas le moment. Mais je me dis que, lorsque nous le réaliserons (car je suis sûre que ce jour arrivera), il n’en sera que plus beau <3.
      C'est ça...le plus dur est d'oser, de tenter....de sauter le pas et se lancer !

  • Reply Maman Lempicka 7 février 2019 at 12 h 40 min

    Tout comme toi, je rêve souvent d’ailleurs, mais après des années à m’éteindre dans mon emploi, je fonce. Je vais essayer de changer de vie (professionnelle). Je me suis fait une promesse: ne jamais sacrifier ma joie de vivre à la sécurité.

    • Reply Fl3ur de lun3 9 février 2019 at 10 h 36 min

      La promesse que tu as faite à ton moi intérieur est tellement belle. Si seulement j’en avais le courage. Sauf qu’il est évident que certains moments de vie sont plus propices que d’autres à quitter son job. Mais avec notre crédit sur le dos, on ne peut pas se permettre de risquer une baisse des revenus, malheureusement…

  • Reply Ornella 7 février 2019 at 16 h 59 min

    Tu ne vas mourir demain et tu auras sans doute, d’autres occasions de voyager avec ton chéri.

    • Reply Fl3ur de lun3 7 février 2019 at 19 h 05 min

      Je pense bien, oui…mais, pour le moment, je vois ça comme ça 🙂

  • Reply Bonheur du Jour 8 février 2019 at 7 h 25 min

    Je ne crois pas aux changements radicaux. A une prise de conscience qui fait démarrer des évolutions pour aboutir à ce qu’on attend, oui. En fait, il me semble qu’il faut commencer par dire “non”. Un premier non, et ensuite… des oui, des non, etc.

    • Reply Fl3ur de lun3 13 février 2019 at 11 h 06 min

      Je ne parlais pas nécessairement de changements radicaux mais bien nécessaires. Certes, quitter son boulot du jour au lendemain peut s’avérer assez “radical”, mais si c’est la clé du bonheur, pourquoi pas ?
      Cela dit je suis assez d’accord avec le fait de commencer par dire non pour aboutir à quelque chose de plus agréable et qui, de fait, nous correspond mieux.

  • Reply Mathi l'écriveuse 8 février 2019 at 19 h 27 min

    L’important, c’est de savoir prendre du recul et de lâcher prise à propos des choses que tu ne peux pas contrôler. C’est clairement ce que j’ai appris à faire, sans quoi ma santé entrait en jeu à cause du stress généré. Je ne dis pas que ce n’est pas facile, mais c’est indispensable, comme tu t’en doutes. 🙂

    Tu as beaucoup de courage pour te remettre en question, certains préfèrent se voiler la face et se dire que “ça va passer”. Alors que ce genre de questions, il vaut mieux les affronter en face !

    Tu as plein de projets en tête et peut-être même l’opportunité de recommencer tes études. Je trouve ça fantastique, si tu en as l’opportunité ! Parfois, ma vie d’étudiante me manque. Mais j’ai la chance de travailler dans un domaine professionnel qui me plaît, je ne suis franchement pas à plaindre…

    • Reply Fl3ur de lun3 9 février 2019 at 10 h 43 min

      Je suis totalement d’accord avec toi. Mais, le lâcher-prise n’est pas trop quelque chose de propre à mon caractère lol. J’aime beaucoup mener mes projets à bien et tout faire pour être fière de ce que j’accomplis. Donc me dire que je change de boulot, par exemple, c’est un peu un échec pour moi, qui me suis battue comme une lionne pour obtenir mon concours (malgré une situation personnelle compliquée à l’époque, j’y suis arrivée !) et pour valider mon année de stagiaire et devenir titulaire.
      Je pourrais recommencer mes études car j’en ai l’envie et la “jeunesse” (enfin j’approche quand même de la trentaine), mais malheureusement, c’est au niveau financier que c’est plus compliqué, notamment avec le crédit immo en cours…
      L’essentiel est d’aimer son job. Tu as beaucoup de chance de ce point de vue et, je le reconnais, moi aussi. Mais il arrive des moments où les remises en question font que l’on voit le verre à moitié vide au lieu de voir le verre à moitié plein, malheureusement.

    Poster un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.