Chroniques littéraires

Le mystère Henri Pick – David Foenkinos

13 février 2019
Henri Pick - Cotton Candy

Le résumé me donnait follement envie mais, mes déboires avec un précédent roman de l’auteur me refroidissaient… J’ai finalement tenté la lecture de ce livre, Le mystère Henri Pick, et je dois dire que j’ai été agréablement surprise. Si vous voulez en savoir plus, sans risquer de spolier, je vous propose de vous rendre directement à la rubrique “Conclusion”.

En Bretagne, un bibliothécaire recueille tous les livres refusés par les éditeurs. Parmi ces manuscrits, une jeune éditrice découvre une pépite écrite par un certain Henri Pick. Elle part à sa recherche et apprend qu’il est mort deux ans auparavant. Mais selon sa veuve, il n’a jamais écrit autre chose que des listes de courses… Aurait-il eu une vie secrète? Auréolé de ce mystère, le livre de Pick aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire.

 

mon-avis-lecture

Comme je vous le disais en introduction de cet article, c’est un peu avec appréhension que je démarrais ce roman. Je n’ai pas gardé un très bon souvenir du premier roman que j’avais lu de et auteur. L’histoire est, cette fois-ci, plutôt agréable et tourne autour de plusieurs personnages : une éditrice (Delphine), un auteur (Frédéric), un bibliothécaire (Jean-Pierre Gourvec) et un pizzaiolo décédé (Henri Pick) qui aurait écrit l’un des plus grands chefs d’œuvre et entreposé dans la bibliothèque des livres oubliés. Il s’agit d’une étagère créé par Jean-Pierre, afin de donner une seconde chance à tous les manuscrits qui ont été refusés par les maisons d’édition.

C’est d’ailleurs ce concept, qui est la clé du roman, et, si je puis dire, l’intérêt principal. En effet, un jour, la jeune éditrice découvre dans cette “bibliothèque des romans oubliés” un manuscrit qui la fait vibrer et elle décide de le faire lire à son responsable. Celui-ci accepte de le publier. S’ensuit alors un roman autour de ce roman. Un peu à la manière d’une enquête policière, on découvre peu à peu pourquoi ce livre s’est trouvé dans la bibliothèque des livres oubliés.

Les personnages qui composent ce roman sont, globalement, assez quelconques. Pourtant, ensemble, ils constituent une entité avec des destins qui, malgré les apparences, sont liés les uns aux autres. Certains traits de caractère peuvent paraitre antipathiques chez eux. Je pense par exemple à Delphine, qui donne plus l’impression de vouloir à tout prix faire passer sa carrière en premier, en dépit du reste. Sa rencontre avec Frédéric et le début de leur histoire m’est également un peu apparue comme tirée par les cheveux. Je trouve qu’ils sont allés assez vite en besogne, comme on dit.

La veuve de Pick, quant à elle, est assez attachante. En revanche, sa fille Joséphine, bien que très antipathique au début, devient peu à peu agréable. Ce que je n’ai, en revanche, pas compris, c’est l’implication de Marc. Sincèrement, sa présent ne dessert pas l’histoire de manière positive mais constitue un fil conducteur en plus, pas vraiment nécessaire au cœur de l’intrigue… Et puis, finalement, je dois dire que la fin du roman m’a quelque peu surprise et je ne m’attendais vraiment pas à la chute. C’est ce que j’ai d’autant plus aimé : le lecteur se fait berner tout au long de l’intrigue et, mieux encore, est plongé dans une histoire policière sans ressentir forcément l’adrénaline d’un roman estampillé “policier”.

Là où j’avais également un peu d’appréhension, c’est en ce qui concerne la plume de l’auteur. M’étant déjà frottée à l’écriture de David Foenkinos en lisant La délicatesse, j’avoue que je n’étais pas sereine. Le résumé présent sur la quatrième de couverture m’attirait vraiment, mais l’auteur m’avait laissé un goût amer. Finalement, je dois dire que ce roman m’a complètement réconciliée avec David Foenkinos, puisque j’ai passé un bon moment. L’histoire et l’écriture sont fluides, sans fioritures, sans chichis, sans descriptions longues et interminables. Il y a néanmoins des détails qui m’ont dérangée. Comme je le disais plus haut, on peut évoquer notamment la présence de Marc, inutile à mon sens. En effet, elle n’amène rien au roman et à l’intrigue principale.

Conclusion

J’ai donc beaucoup apprécié l’intrigue, ainsi que l’écriture (que j’ai trouvées nettement plus agréables que dans La délicatesse). Ce roman, Le mystère Henri Pick, m’a permis de passer un vraiment bon moment et se lit très vite et sans difficulté, tant l’écriture est fluide et l’histoire nous emporte. Néanmoins, il ne faut pas s’attendre à de la grande littérature. L’histoire est légère et sans prise de tête, et ça, on aime !

15 / 20

PNTEREST - Henri Pick

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

2 commentaires

  • Reply Mathi l'écriveuse 13 février 2019 at 8 h 42 min

    Je me souviens de cette lecture et je me souviens aussi avoir eu un peu de mal avec cet auteur. Mais la thématique a fini par me convaincre et j’en garde au final un assez bon souvenir. 🙂

    • Reply Fl3ur de lun3 13 février 2019 at 11 h 07 min

      Tu as eu du mal avec l’auteur sur ce roman en particulier ou sur un autre ?

    Poster un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.