Books reviews

La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert – Joël Dicker

28 novembre 2018
Harry Quebert - cotton candy blog lifestyle

Alors que TF1 a lancé, mercredi 21 novembre, sa mini-série inédite, La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, issue du roman de Joël Dicker, j’ai eu envie de vous donner mon avis sur ce roman, tout juste terminé quelques jours avant la diffusion du premier épisode.

Débuté lors de notre retour des vacances de la Toussaint, ce roman m’a accompagnée quasiment durant 3 semaines, dès que j’avais quelques minutes. Il a été addictif, un peu comme une drogue, à tel point que je ne jurais que par lui. Mais est-ce plutôt bon signe ou finalement, ai-je été déçue ? Si vous voulez le savoir, je vous conseille grandement de lire la suite de l’article. Comme d’habitude, si vous souhaitez éviter de prendre le risque d’un spoiler, on se retrouve directement à la conclusion.

 

La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert - Joël Dicker 1

 

À New York, au printemps 2008, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l’innocence de son ami Harry, Marcus, jeune écrivain à succès, abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête.

Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ?

 

mon-avis-lecture

Cela faisait déjà un bout de temps que j’avais repéré ce roman en librairie, mais sans jamais oser me lancer et me le procurer. Pourquoi ? Eh bien simplement parce que son épaisseur me faisait un peu peur. De manière générale, je ne suis pas une grande fan des romans dits “pavés” car je me lasse assez vite et j’aime beaucoup changer de lecture, assez régulièrement. Pourtant, celui-ci avait quelque chose de plus, qui m’attirait irrémédiablement depuis plusieurs mois. Et un jour, alors que je l’ai croisé en librairie, Patrick Dempsey se dressait fièrement sur la couverture, ce qui m’a interpelé. C’est comme ça que j’ai découvert que TF1 allait prochainement diffuser une série, issue de ce roman. Ni une ni deux, j’ai donc sauté dessus, le but étant de terminer ma lecture avant la diffusion. Cela a été chose faite, sans grande difficulté, car, je vous le dis tout de suite, j’ai tout simplement adoré ce roman. Je vous explique pourquoi dans la suite de cet article, mais, comme d’habitude, si vous ne souhaitez pas risquer de spoiler, je vous conseille de sauter directement à la conclusion.

Commençons par le commencement : l’histoire. Tout au long de celle-ci, on suit Marcus Goldman, une écrivain qui essaye de faire la lumière sur l’affaire Nola Kellergan. Cette jeune fille de 15 ans, disparue 33 ans plu tôt vient d’être retrouvée, en terrée, dans le jardin de Harry Quebert, l’ancien professeur, mentor et ami de Marcus. Celui-ci est donc tout naturellement accusé du meurtre de la jeune fille. D’autant plus que les preuves s’accumulent à son encontre, jusqu’à ce que la police découvre que son célèbre roman Les origines du mal, s’inspire de l’histoire d’amour qu’il vivait à l’époque avec la jeune Nola. Pourtant, Marcus n’y croit pas et commence à enquêter, aux côtés du sergent Perry Gahalowood, afin de prouver l’innocence de son ami.

Le ciment de ce roman réside également dans le caractère de chaque personnage. Harry Quebert est d’un naturel calme, posé et ne se laisse pas faire. Pourtant, pendant qu’il est accusé et en dépit du fait qu’il ne cesse de dire qu’il est innocent, il n’agit pas vraiment en conséquence, comme s’il avait décidé de laisser son avenir entre les mains de Marcus. Justement, Marcus est, quant à lui, assez entêté et déterminé, il veut coûte que coûte prouver l’innocence de son ami, en dépit des menaces qui planent sur sa tête. Il apparaît d’ailleurs comme une sorte de bulldog enragé auprès du sergent Gahalowood, qui apprécie grandement sa ténacité et ses découvertes. Au fil du temps, tous deux apprennent à se lier afin de sortir Harry du mauvis pas dans lequel il se trouve. On appréciera d’ailleurs le geste de bienveillance de Goldman dans le dernier chapitre. Et puis, certains personnages paraissent vraiment énervants pour le lecteur, telle que la mère de Nola, telle qu’elle est décrite par Goldman au fur et à mesure de l’enquête et avec tout ce qu’il apprend sur elle…jusqu’à presque nous faire de la peine et changer le regard que l’on a sur sa fille, jusqu’alors portée en victime. Autre personnage qui m’a été totalement antipathique, du début à la fin, que ce soit actuellement ou lors des flashbacks : Tamara Quinn, la mère de Jenny et ancienne propriétaire du petit restaurant d’Aurora, le Clark’s.

Quant aux décors, ils sont plantés de manière tellement précises, que le lecteur se plonge immédiatement dans l’histoire. Pourtant, les descriptions ne sont pas trop nombreuses ni soporifiques (j’avoue que j’avais un peu peur, étant donné l’épaisseur du roman). En effet, ils sont capables de nous transporter à la fois dans l’univers actuel dans lequel se déroule le roman, mais aussi dans la ville d’Aurora, il y a 33 ans de cela. La magie et la légèreté de la plume de l’auteur, Joël Dicker, permettent d’explorer l’ensemble de l’histoire sans s’ennuyer une seule seconde.

Enfin, petite particularité de ce roman : son découpage. Les chapitres sont présentés en sens inverse de ce que l’on a l’habitude de voir et rien que pour ça, je salue l’originalité de l’auteur. En effet, on commence par le chapitre 31, pour terminer par le chapitre 1. Pour autant, l’histoire nous est (plus ou moins) racontée dans l’ordre chronologique. Du moins dans celui de l’enquête de Marcus, même si elle est entrecoupée de petits épisodes dans lesquels ils se rappelle du passé, ou Harry se remémore des événements de don histoire avec Nola, qui ont eu lieu 33 ans plus tôt.

Conclusion

Le rythme du roman est assez bien construit et très rythmé. Les flashbacks apportent de la valeur ajoutée à l’enquête policière et sont finalement assez utiles car on se rend vite compte, une fois le dénouement connu, que l’on néglige certains éléments lors de la lecture. Bref, un excellent roman. Toutefois, malgré mon grand enthousiasme à la lecture et l’envie de lire un autre roman de cet auteur, je ne décerne pas la note maximale de 20 car j’ai été légèrement déçue de la fin du roman, en ce qui concerne la relation entre Harry et Marcus…

18 / 20

Harry Quebert - Cotton Candy blog lifestyle

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

8 commentaires

  • Reply Melle Bulle 28 novembre 2018 at 12 h 57 min

    J’ai suivi ton conseil, je n’ai lu que la conclusion car j’aimerais lire le bouquin … même si j’ai été piquée de curiosité mercredi dernier en regardant les 2 premiers épisodes …
    As-tu regardé la série ? Pourras-tu nous faire un petit comparatif roman/série à la fin ???

    • Reply Fl3ur de lun3 28 novembre 2018 at 16 h 18 min

      Ahah, j’espère qu’une fois ta lecture finie tu pourras relire mon avis entier :).
      Oui oui, nous avons regardé le début de la série et on a adoré car ça collait vraiment pas mal au bouquin, dans l’ensemble.

      C’est un article qui est prévu, en effet…à voir si je trouve le temps de la rédiger d’ici quelques semaines.

  • Reply christelle 29 novembre 2018 at 18 h 59 min

    je me rappelle l’avoir commencé à sa sortie mais je ne l’ai jamais terminé finalement

    • Reply Fl3ur de lun3 1 décembre 2018 at 14 h 25 min

      Merci pour ton passage par ici.
      Te rappelles-tu pourquoi tu ne l’as finalement pas terminé ? L’histoire ne t’emballais plus ou par manque de temps ?

  • Reply La parenthèse psy 3 décembre 2018 at 10 h 20 min

    J’ai adoré ce bouqin ! Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire ses autres livres mais je pense que c’est auteur à garder dans sa bibliothèque 😉 C’est toujours rigolo de voir les téléfilm ou film inspiré de ses œuvres parce que je ne m’étais absolument pas imaginé les personnages comme ça ! Ca me perturbe !

    • Reply Fl3ur de lun3 3 décembre 2018 at 21 h 05 min

      Qu’est-ce qui t’a le plus plu dans ce roman ?
      Oh non je ne m’imaginais absolument pas Tamara Quinn et Travis Dawn de cette manière…Stern non plus, remarque. Et Marcus, encore moins ! C’est ça qui est assez drôle aussi et c’est l’une des raisons pour lesquelles je voulais finir ma lecture avant la diffusion…

  • Reply myrtilledeco 4 décembre 2018 at 15 h 14 min

    Hello,
    Merci pour votre article.
    J’ai lu La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert par Joël Dicker il y a un an et je suis d’accord, c’est un excellent roman dont la lecture est éxcitante 🙂
    Quant à la mini-série La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, je suis pleine de doutes, car d’habitude je suis déçue par les adaptations cinématographiques de livres best-sellers…

    • Reply Fl3ur de lun3 4 décembre 2018 at 22 h 30 min

      Bonsoir,
      Merci pour votre petit message laissé par ici.
      La mini-série est commencé depuis 2 semaines, me semble-t-il (à raison de 2 épisodes par semaine). L’avez-vous regardée ? En ce qui me concerne, je la trouve assez fidèle au roman. Pour une fois, je ne suis pas déçue (alors que, comme vous, c’est souvent le cas pour les adaptations…).

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.