Culture

{ FILM } La 7e compagnie

14 août 2016

7ecompagnie

Comme chaque été, TF1 nous a repassé la série des films de La 7e compagnie. Chaque fois (ou presque) je les regarde et je me régale toujours autant. Les deux premiers volets diffusés Jeudi 04 et Jeudi 11 août ont attiré toujours autant de téléspectateurs.

Mais si j’ai choisi de faire un article sur le blog pour vous en parler aujourd’hui, c’est avant tout par rapport à vos très nombreuses réactions face à mon live-tweet, lors de la diffusion du deuxième opus intitulé On a retrouvé la 7e compagnie. Cette série de 3 films est devenue culte grâce à ses acteurs mais également au comique de de situation et de répliques, qui est (quasi) omniprésent. Et c’est essentiellement ce que j’ai partagé !

Premier tweet de la soirée. Lorsque nos 3 compères sont capturés par les allemands et qu’on recherche, parmi les prisonniers un homme sachant “gérer” de la viande. Tassin, fier comme un coq de travailler aux abattoirs de Nice se porte alors volontaire, aidé par son compagnon, Pithiviers. Ils partent alors dans une ferme environnante. Mais sur le chemin, Pithiviers a envie de faire pipi et s’arrête dans les bois, tandis que Tassin continue sa route. Le soldat allemand l’arrête alors et c’est à ce moment qu’à lieu ce fameux dialogue (le voir en vidéo).

 

Alors que Pithiviers et Tassin ramènent  les vaches de la ferme, sur la route, une voiture arrive et klaxonne, ce qui effraie les pauvres vaches. L’une part dans la forêt environnante, poursuivie par Tassin. Quant à Pithiviers, il tente tant bien que mal (et sans succès !) de ramener les deux autres. C’est alors que le soldat allemand reprend de plus bel, avec un dialogue toujours aussi culte mais drôle. Il est également bien tourné en ridicule avec la fameuse scène du fusil lorsque la vache est coincée dans la vase (et pour voir l’extrait en vidéo).

 

Après avoir tenté une évasion à l’aide du plan récupéré lors de la visite à la ferme, nos trois larrons tentent de faire échapper le reste des prisonniers. Pendant que Tassin et “le chef” Chaudard s’activent à l’étage pour les faire passer derrière les deux tapis, Pithiviers les attend en bas et les accueille dans le souterrain…

 

… mais l’évasion ne se passe pas du tout comme prévue.

 

😂😂 #La7emeCompagnie

— Fl3ur de lun3 (@fl3ur_de_lun3) 11 août 2016

Quelques temps après, alors qu’ils passent sur le pont, un officier français le fait sauter au même moment. Pithiviers s’exclame alors de sa fameuse réplique (qu’il répète un certain nombre de fois, tout au long du film, d’ailleurs).

 

 


Enfin, après avoir réussi à s’échapper (encore une fois) des griffes des allemands, à bord d’un train, tandis qu’ils travaillent au bord d’un chemin de fer, les trois comparses sont poursuivis par leurs ennemis, sur le toit des wagons. Pithiviers et Tassin, toujours très pragmatiques, s’exclament alors auprès du chef Chaudard :

 

 

— Fl3ur de lun3 (@fl3ur_de_lun3) 11 août 2016

Enfin, pour clore le film, alors que les allemands sont sur le point de les rattraper, l’officier qui fait sauter tous les ponts fait sauter celui sur lequel se trouvent Chaudard, Pithiviers et Tassin, après qu’ils soient passés dessus…ce sont alors les allemands qui sautent. Pithiviers, pas peu fier de sa réplique nous la ressort encore une fois, avec une petite variante, néanmoins.

 

— Fl3ur de lun3 (@fl3ur_de_lun3) 11 août 2016

Et c’est ainsi, alors qu’ils s’en vont, que retentit la fameuse musique, annonçant la fin de ce deuxième volet !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

0 commentaire

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.