Books reviews

La bibliothèque des cœurs cabossés – Katarina Bivald

6 octobre 2019
Books review - La bibliothèque des coeurs cabossés - Katarina Bivald - Cotton Candy
La bibliothèque des coeurs cabossés
Katarina Bivald
J'ai lu
2018
Poche
508


La bibliothèque des cœurs cabossés
est encore un roman qui m’avait fait de l’œil il y a quelques temps, mais qui trônait dans ma PaL. Peut-être est-ce son épaisseur et ma “panne” lecture de début de grossesse, qui m’ont empêché de le découvrir. Et puis, cet été, je me suis lancée à la découverte de ce roman de Katarina Bivald. Fini il y a quelques semaines, il est grand temps que je vous livre mes impressions !

Résumé - books review - Cotton Candy

La bibliothèque des cœurs cabossés

Tout commence par un échange de lettres sur la littérature et la vie entre deux femmes que tout oppose : Sara Lindqvist, jeune Suédoise de vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, et Amy Harris, vieille dame cultivée de Broken Wheel, dans l’Iowa. Lorsque Sara perd son travail de libraire, son amie l’invite à venir passer des vacances chez elle. À son arrivée, une malheureuse surprise l’attend : Amy est décédée.
Seule et déboussolée, Sara choisit pourtant de poursuivre son séjour à Broken Wheel et de redonner un souffle à cette communauté attachante et un brin loufoque… grâce aux livres, bien sûr.

Mon avis - books review - Cotton Candy

J’hésitais entre plusieurs romans dont La bibliothèque des cœurs cabossés. Mais, c’est mister qui a choisi ma lecture, cette fois-ci. Le résumé l’a pas mal attiré et il a trouvé ça parfait pour moi, grande fan de lecture ! J’ai donc entamé ma découverte de ce roman avec une certaine envie, en dépit de l’épaisseur. Je préfère, en effet, enchaîner 2 romans de 200 pages qu’un gros roman de 400 pages, je ne sais pas pourquoi…

Le début de l’histoire m’a déçue. Il s’est avéré vraiment long, mou. L’histoire a mis (beaucoup) de temps avant de se mettre en place (je dirais à peu près une bonne centaine de pages). Pendant ce temps, on découvre les personnages, mais, en tant que lectrice, je me suis parfois trouvée un peu “noyée” dans le flot. Beaucoup sont introduits au même moment, ce qui ne facilite pas toujours la compréhension de leurs relations. D’autant plus lorsqu’il est question de leurs propres histoires. En revanche, il y a des moments où, au contraire, le roman était plein de vitalité et j’enchaînais les chapitres à un rythme effréné, puisqu’il se passait un certain nombre d’événements. Il est cependant dommage que cela n’ait pas été régulier mais plutôt en dent de scie…me lassant quelque peu par moments.

Pourtant, il y a certains personnages que j’ai rapidement trouvés attachants, tels que Sara. Même si, en dépit des (trop) nombreuses descriptions, parfois lassantes / inutiles, l’auteure n’a pas créé de réel fond à son personnage principal. Il faut bien avouer qu’à de nombreuses reprises, Sara est quelque peu décrite comme la nunuche de base.

Le lecteur étant noyé dans la masse de personnages, il peut également être en droit de se demander si tous sont vraiment utiles : apportent-ils une valeur ajoutée au roman ? Parfois, ils sont un peu creux, ne semblent pas assez travaillés, tout comme Caroline, dont on ne sait finalement pas grand chose. Les passages qui traitent de sa vie et de sa nouvelle rencontre restent assez peu approfondis. A l’inverse, on trouve parfois des descriptions trop longues dont on a que faire. En revanche, s’il y a bien un personnage qui m’a touchée, c’est Georges. A chacune de ses apparitions dans le roman, on ressentait sa fragilité, son côté “gros nounours” malmené par la vie. C’est le personnage qui, à mon sens, a été le plus travaillé par l’auteur et qui avait le plus de relief. Quelque part, n’est-ce pas lui qui aurait mérité le rôle de personnage principal ?

L’auteure a choisi de baser son roman, La bibliothèque des cœurs cabossés, sur les livres, ce qui m’est apparu comme une super idée, surtout pour ceux qui aiment lire. En effet, on est vraiment plongé au cœur d’une petite ville, “Broken Wheel”, qui ne possède pas grand chose, tant au niveau des commerces que de l’activité. Cette librairie apparaît un peu comme le messie aux yeux de tous, qui tiennent absolument à rendre le projet viable. Et ce pour une bonne raison : faire vivre le souvenir d’Amy, la vieille dame avec qui Sara correspondait et qui est décédée peu avant son arrivée.

En revanche, il faut reconnaître que l’histoire de fond n’est pas très travaillée. Certes, Sara ouvre sa librairie et veut faire revivre le souvenir d’Amy mais ce qui me dérange c’est qu’elle ne l’a même pas connue. Ou du moins pas en chair et en os, mais seulement au travers de leur correspondance épistolaire. On sait par contre que la vieille dame était appréciée de tous les habitants de Broken Wheel. Et à vrai dire, c’est ce qui redonne un peu de crédibilité à l’histoire. Tous veulent faire perdurer le souvenir de la vieille dame et sa passion pour les livres et ils voient en Sara un bon moyen de parvenir à leurs fins, puisqu’elle partage le même engouement pour la lecture.

Enfin, on notera le nom de la ville : Broken Wheel. Littéralement, cela signifie “La roue qui tourne”. On peut y voir là une allusion de l’auteure à la vie de Sara. En effet, la jeune femme a perdu son travail en Suède et peut, en venant dans la petite ville, s’adonner à sa passion de la lecture. De plus (et il ne s’agit pas d’un spoiler puisque ceci est évident dès le début du roman), elle y trouve l’amour, alors qu’elle n’était pas épanouie dans son pays.

Conclusion

La bibliothèque des cœurs cabossés m’a donc permis de passer un bon moment de détente, malgré quelques fausses notes au niveau de l’écriture. En effet, le trop-plein de descriptions a tendance à alourdir le roman. A côté de ça, certains personnages manquent de relief et auraient gagné à voir leur vie, leur caractère davantage exposés aux yeux du lecteur.

Néanmoins, je vous recommande ce livre qui est un peu “feel-good” puisque, dès le début, et même dès la lecture de la quatrième de couverture, on devine que tout est bien qui finit bien pour les personnages.

15 / 20

PINTEREST - La bibliothèque des coeurs cabossés - Cotton Candy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

6 commentaires

  • Reply myrtilledeco 7 octobre 2019 at 15 h 46 min

    Merci pour ton article, j’adore des romans dont l’action tourne autour des livres et des bibliothèques 😀 ma dernière découverte dans ce domaine est Le mystère Henri Pick avec le motif insolite de la bibliothèque des manuscrits refusés 🙂

  • Reply Romane 8 octobre 2019 at 17 h 52 min

    Merci beaucoup pour ton avis ! J’hésites depuis un moment à me lancer dans la lecture de ce livre.J’aime beaucoup l’ambiance des livres qui se passent dans les bibliothèques mais j’ai peur des trop nombreux passages descriptif.. A voir !

    • Reply Fl3ur de lun3 24 novembre 2019 at 19 h 51 min

      Oses te lancer ! Peut-être que ce qui m’a dérangé ne sera nullement gênant pour toi ;-).

  • Reply Celine - Madame Newstart 12 octobre 2019 at 10 h 26 min

    Hello Stéphanie 😁 merci pour ce partage de lecture et pour ton avis nuancé et bien appuyé par tes arguments et ressentis personnels. Cela m’a rappelé un roman…l’histoire de 2 mamans qui se lancent ensemble dans l’ouverture d’une boutique pour faire revivre un village. Là, l’histoire d’amitié est bien réelle 😉 je vais retrouver le titre pour te le donner ! A bientôt pour de nouveaux partages

    • Reply Fl3ur de lun3 24 novembre 2019 at 19 h 56 min

      Oh oui, je suis assez curieuse du titre. N’hésites pas à me le laisser s’il te revient !

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.