Books reviews

Dernières lectures (avril 2022) #04

1 mai 2022

Après plusieurs mois d’absence, de silence sur les réseaux ou sur le blog, je reviens, petit à petit. Cotton Candy me manque, écrire aussi. Il est donc grand temps de poster un nouvel article et quoi de mieux que de vous parler de mes dernières lectures. Celles qui ont fait chavirer mon cœur ou qui m’ont ennuyée au plus haut point ces derniers mois.

Pourtant, là encore, je n’ai pas été une lectrice très assidue ces derniers mois. Faute de temps. Comme d’habitude ! Mon double-niveau m’a pris un temps fou… mais depuis quelques semaines, l’envie est de nouveau là et je prends le temps de lire, au moins quelques pages, par jour. Entretenir cette flamme me donne envie de lire encore plus, et ainsi de suite. Un vrai cercle vertueux !

A cette occasion, j’ai donc pu découvrir de nouveaux auteurs ou quelques pépites d’auteurs que j’affectionne mais dont je n’avais pas encore lu l’ensemble de la bibliographie. C’est parti pour un tour d’horizon de mes lectures du mois d’avril (dans l’ordre chronologique).

Agatha Raisin enquête : Gare aux fantômes (T14), de M.C Beaton

Croyez-vous aux fantômes ? Mrs Witherspoon, une vieille mégère détestée de ses voisins et de ses propres enfants, se plaint de visites spectrales. Chuchotements, bruits de pas, brouillard suspect… sa maison serait hantée ! Les blagues vont bon train au village : mensonges ou hallucinations ?
Lorsque la vieille dame meurt dans des circonstances suspectes, plus personne ne rit : s’agit-il d’une farce qui a mal tourné ou d’un règlement de compte ? Mrs. Whiterspoon avait-elle de féroces ennemis ? Quels dangereux secrets abrite sa demeure ?
Agatha Raisin n’a plus l’âge de jouer aux fantômes mais bel et bien celui de traquer des meurtriers. Avec l’aide de son voisin, le charmant Paul Chatterton, elle compte bien démasquer ces « revenants » qui ont déjà fait beaucoup trop de mal.

Les enquêtes d’Agatha Raisin. Ma série chouchou commencée en janvier 2020. Depuis, chaque mois, je lis à minima un tome. Même si j’aime cette quinqua exhubérante (mais tellement drôle), je n’ai pas envie d’enchaîner les tomes et de m’en dégoûter car ils sont finalement tous construits sur le même modèle… Néanmoins, avec ce 14e tome, j’ai, une fois de plus, passé un bon moment, divertissant et drôle comme je les aime. Agatha est un valeur sûre. Cette fois-ci, on la retrouve avec un nouveau voisin…charmant…une fois de plus. Et Agatha sachant gaffer va gaffer ! En parallèle, elle va résoudre une nouvelle enquête, à base de fantôme, celle-ci, et retrouver d’anciens amis, tout en comptant sur ceux qui ne la laissent jamais tomber. Bref, une intrigue simple mais entraînante, qui ne laisse pas de temps mort et va à l’essentiel. Agatha Raisin dans toute sa splendeur.

Le service des manuscrits, de Antoine Laurain

« À l’attention du service des manuscrits. » C’est accompagnés de cette phrase que des centaines de romans écrits par des inconnus circulent chaque jour vers les éditeurs. Violaine Lepage est, à 44 ans, l’une des plus célèbres éditrices de Paris. Elle sort à peine du coma après un accident d’avion, et la publication d’un roman arrivé au service des manuscrits, Les Fleurs de sucre, dont l’auteur demeure introuvable, donne un autre tour à son destin. Particulièrement lorsqu’il termine en sélection finale du prix Goncourt et que des meurtres similaires à ceux du livre se produisent dans la réalité. Qui a écrit ce roman et pourquoi ? La solution se trouve dans le passé. Dans un secret que même la police ne parvient pas à identifier.

A ce moment-là, lorsque j’ai débuté cette lecture, j’avais envie de quelque chose de léger, d’un roman court. Mes journées de boulot étant bien chargées, je ne voulais pas un roman “prise de tête”. Globalement, j’ai passé un bon moment avec ce roman (qui se lit effectivement assez vite). La fin est relativement surprenante, bien qu’on la voie venir au fur et à mesure… certains aspects du texte restent survolés, ce qui est assez dommage. Cela reste malgré tout une bonne lecture. Divertissante. Prenante. Entrainante. Sans temps morts. Néanmoins, elle ne me laissera pas un souvenir impérissable…

Juste un regard, de Harlan Coben

Et si votre vie n’était qu’un vaste mensonge ? Si l’homme que vous avez épousé il y a dix ans n’était pas celui que vous croyez ? Si tout votre univers s’effondrait brutalement Pour Grace Lawson, il a suffi d’un seul regard. Juste un regard sur une photo vieille de vingt ans pour comprendre que son existence est une terrible imposture. Mais le cauchemar ne fait que commencer… Traques, disparitions, vengeances implacables, assassinats sanglants… un suspense à vous couper le souffle, par Harlan Coben, le maître de vos nuits blanches.

Premier roman de Coben que je lis. J’ai beaucoup aimé l’intrigue, une fois rentrée dedans : les débuts ont été difficiles (trop de personnages à découvrir d’un coup, trop de descriptions dont j’ai horreur…). Puis, tout à coup le rythme s’accélère et les pages se tournent si vite que l’on a du mal à décrocher. L’histoire m’a emportée avec elle et j’ai vraiment apprécié cette intrigue. Pourtant, je n’ai pas vu arriver le dénouement, mais j’ai été déçue. C’est comme s’il avait été bâclé et tiré par les cheveux. Néanmoins, je reste sur une note positive : Coben est un auteur que j’aimerais découvrir davantage.

Le tatoueur d’Auschwitz, de Heather Morris

L’histoire vraie de Lale Solokov, Juif chargé de tatouer les femmes arrivant à Auschwitz. C’est ainsi qu’il rencontre Gita et en tombe amoureux. Ensemble, ils partagent des moments volés au cœur de l’horreur, sans jamais perdre l’espoir d’être réunis à leur sortie du camp.

Ce roman historique me faisait de l’œil depuis un moment (à peu près depuis sa sortie…) mais la thématique abordée, celle des camps de concentration, m’a quelque peu refroidie. Peu fan de l’Histoire en général, j’aime pourtant beaucoup la période autour de la Seconde Guerre Mondiale, que je trouve passionnante. J’ai donc débuté cette lecture et je ne l’ai pas regrettée, car elle n’a pas duré bien longtemps. J’ai vraiment été happée par le roman, les personnages. Les descriptions semblent tellement réalistes, les sentiments des personnages nous transpercent, la douleur de leur vie dans les camps. Et au milieu, cette flamme d’espoir, d’amour, cette rencontre entre Lale et Gita. Une histoire vraie, un témoignage romancé. Bref, un beau roman, qui devrait être mis dans les mains des lycéens, pour aborder cette période historique et en découvrir l’envers du décor.

COUP DE CŒUR

Le livre des Baltimore, de Joël Dicker

Jusqu’au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l’auteur de La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey. Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d’une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne. Huit ans après le Drame, c’est l’histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu’en février 2012, il quitte l’hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s’atteler à son prochain roman. Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu’il éprouva jadis pour cette famille de l’Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s’effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu’au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu’est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?

L’auteur, Joël Dicker, je l’avais découvert (comme beaucoup, sûrement), au travers de son roman La vérité sur l’affaire Harry Québert. Par la suite, j’avais également savouré La disparition de Stephanie Mailer. C’était donc une suite logique que de me réfugier dans cette lecture durant les vacances scolaires. Cette lecture, sans aucun doute possible, a été très bonne. J’ai vraiment adoré retrouver Marcus, m’attacher à de nouveaux personnages, dépeints avec tellement de précisions dans leurs sentiments et leur physique, que j’avais l’impression de les connaître réellement. Petit à petit, des indices sont disséminés pour mieux comprendre l’histoire des Goldman et le terrible Drame dont nous parle Marcus tout au long du roman s’éclaircit un peu plus à chaque page. Néanmoins, tout reste encore très flou jusqu’à la toute fin du roman (qu’est-ce que j’aime ce genre de livre, qui me donne envie de tourner les pages les unes après les autres et qui font une lecture passionnante) où tout “explose” à la figure du lecteur. Il faut alors quitter ces personnages que l’on a tant appréciés, non sans verser une petite larme…tant par l’histoire que par son point final. Bref, une très bonne lecture ! Merci Monsieur Dicker.

Mon avis - books review - Cotton Candy

Dans l’ensemble, ce mois d’avril a donc été particulièrement riche en bonnes lectures, dont je garderai quelques unes en mémoire et dont les suites (ou romans suivants de ces auteurs) ont déjà rejoint ma PAL. Pour rappel, vous pouvez également suivre mes lectures sur Livraddict.

Vous aimerez peut-être

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.