Humeurs

Comme une envie de changement…

24 juillet 2019
comme une envie de changement - Cotton Candy

Il y a eu du changement dans ma vie, depuis que j’ai appris ma grossesse. Je vois différemment un certain nombre de choses. Cette merveilleuse nouvelle a également été l’occasion d’une grosse remise en question concernant mes envies, mes aspirations.

Début février, j’évoquais déjà cette envie de renouveau, de changement. J’étais déjà enceinte mais ne l’avais pas encore découvert…et cela m’avait poussé à me poser un certain nombre de questions sur ma vie, ce qu’elle était et ce que j’aurais voulu qu’elle soit. Mais aujourd’hui, tout est différent. Bébé est niché dans mon ventre. Il devrait nous rejoindre d’ici la fin de l’année. Alors pourquoi ne pas profiter de ce tournant dans nos vies, de ce congé maternité, pour me poser de véritables questions sur mon avenir, essentiellement professionnel ?

Un bilan professionnel qui ouvre la voie du changement ?

Il n’y a jamais de “bon moment” pour remettre en question une activité professionnelle stable. Même si mon salaire d’enseignante n’est pas énorme, il permet malgré tout d’assurer des revenus et un rythme de vie (je vous rassure, nous ne roulons pas sur l’or, loin de là…). Mais, l’arrivée d’un bébé y est encore moins propice. En effet, il faut pouvoir être capable d’assurer les besoins et l’avenir de ce petit être qui dépend entièrement de nous. Alors, est-ce le bon moment pour tout remettre en question, une fois de plus ? Pour tout envoyer balader sur un coup de tête ?

Lorsque je suis tombée enceinte, mon contexte professionnel n’était pas au top. Je ne compte pas rentrer dans les détails, mais, pour faire court, j’ai dû travailler de manière différente cette année et en binôme avec une personne à l’extrême opposé de ma façon de faire. L’ambiance au sein de l’équipe, cette année, a également changé. Bref, tout n’était plus au beau fixe et je ne me sentais plus aussi épanouie que depuis mon arrivée dans cette école.

Alors, ma grossesse m’a fait me poser tout un tas de questions. Mon congé maternité me permet de ne pas reprendre en septembre et se termine début janvier. Plusieurs possibilités s’offrent donc à moi, dont un congé parental de 6 mois. Celui-ci durerait pile jusqu’aux grandes vacances de l’année prochaine et me permettrait donc non seulement de profiter à fond de mon bébé (et non pas le laisser à partir de 2 mois…), mais également d’éviter cette ambiance, qui m’a semblé toxique, cette année. Et puis, en y jetant un rapide coup d’œil, je me suis rendue à l’évidence : financièrement, cela ne sera pas possible (merci le statut de primo-accédant…) ! Du coup, j’ai eu envie de chercher d’autres solutions : et si je ne reprenais qu’à mi-temps ? 75% ? 50 % ? Certes, dans une telle optique je ne serai pas avec bébé H24. Mais cela serait mieux que rien et nous aurions un peu plus de revenus. Il me semblait donc avoir trouvé un bon compromis, une idée à laquelle je commençais à m’habituer.

Vers un changement d’activité professionnelle ?

Et puis, petit à petit, une autre idée a germé dans ma tête : et si ce congé maternité était l’occasion d’un changement de voie professionnelle ? Je ne parle pas nécessairement de tout recommencer à zéro, mais de me lancer pleinement dans quelque chose que j’aime. Certes, enseigner me plaît énormément. C’était même mon rêve, depuis toute petite. Mais suis-je réellement épanouie dans ce que je fais ? Je le pensais, durant mon année dans l’enseignement spécialisé, puis en arrivant en ex-REP. Mais, aujourd’hui, à cause des nouvelles mises en place, je n’en suis plus si sûre. En effet, un certain nombre de choses a évolué, pas toujours dans le bon sens du terme.

De ce fait, je me suis réellement interrogée quant à savoir si je souhaitais me diriger vers une autre voie, vers un autre métier. Quelque chose que j’aimerais faire mais sans oser me lancer. Il y a plusieurs réponses à cette question. De par mes études en langues étrangères, je pourrais tout à fait me diriger vers de la traduction en version (de l’anglais ou l’espagnol, vers le français). Autre domaine qui me tente depuis fort longtemps, mais dans lequel je n’ai pas osé me lancer à l’époque, freinée par les faibles débouchés : le journalisme. Avec l’expérience que m’a apporté le blog, j’ai évolué en rédaction. De plus, mes qualités langagières sont fortement augmentées par mon métier d’enseignante. Donc pourquoi ne pas me lancer dans ce domaine, en tant que freelance ?

Écriture : et si mes projets aboutissaient ?

Tout ces métiers se rapprochent assez de l’écriture. Il semblerait bien que cela ne soit pas anodin. C’est un (vaste) domaine qui m’a toujours intéressée et passionnée ! Alors, pourquoi ne pas envisager d’en faire une reconversion professionnelle ?

Autre domaine qui m’a toujours attirée : les métiers du livre. La lecture a toujours été une grande passion et mon (ancien) blog littéraire en est la preuve. Et puis, faute de temps à cause de mon métier d’enseignante, je l’ai délaissé petit à petit. Jusqu’à le relancer en l’intégrant à ce blog lifestyle, car cela me manquait trop.

Enfin, j’ai toujours pris un plaisir non dissimulé à écrire. Lorsque j’étais plus jeune, j’aimais écrire des histoires (qui n’ont malheureusement jamais abouti…). Et puis, cela s’est concrétisé avec la gestion du blog. Pourquoi ne pas me lancer en tant que blogueuse, à mon compte ? Oui, après tout, pourquoi ne pas faire de l’écriture mon métier ? En janvier 2018, j’ai fini par me lancer le défi d’écrire mon premier roman. C’est chose faite avec près de 60 000 mots et aujourd’hui, un an après, je ne suis pas peu fière d’aborder l’étape de la correction et de la relecture. C’est également avec plaisir que deux autres idées de romans ont germé dans ma tête et sont actuellement en cours d’écriture. Alors, si je devenais auteure / autrice ? (Si vous souhaitez suivre mes projets d’écriture, j’ai ajouté un module sur le côté droit du blog…)

Bien évidemment, je ne me voile pas la face. Il est indéniable que ce domaine, bien plus encore que le journalisme, est bouché. Pour se faire une place, il faut avoir une plume d’enfer, un petit truc en plus ! Et cela n’est pas donné à tout le monde. Alors, peut-être que cela restera une passion, un rêve plus qu’autre chose, après tout…

Aujourd’hui, j’en suis où ?

Malgré tous ces éléments de réponse, je n’ai pas réellement avancé dans ma réflexion. Un point majeur me bloque : Suis-je capable de tout reprendre à zéro (ou presque) ? Est-ce le bon moment pour tout abandonner et me lancer dans une nouvelle activité professionnelle ? Notre équilibre financier ne risque-t-il pas d’être menacé ? Ce sont autant de questions (et sans doute bien d’autres, encore) auxquelles je vais devoir trouver la réponse, si je veux vraiment changer les choses et aller de l’avant. Malheureusement, tout cela ne se décide pas en un claquement de doigts. Ce n’est pas irréversible, mais il est néanmoins difficile de faire marche arrière, une fois la décision amorcée. Alors, plus que tout, je ne souhaite pas me tromper. Aujourd’hui, je ne suis plus seule, je vis en couple. Nous sommes liés et bientôt parents. La responsabilité de ce petit être n’est pas à prendre à la légère. Alors, finalement, la bonne question à se poser est de savoir ce qui est le mieux pour bébé : une maman heureuse et épanouie professionnellement (encore faut-il que cela soit le cas en changeant de voie…) ou bien un métier moins épanouissant mais qui permet d’assurer une stabilité financière ?

PINTEREST comme une envie de changement - Cotton Candy

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

6 commentaires

  • Reply Picou 24 juillet 2019 at 8 h 45 min

    C’est compliqué car nous sommes d’une génération qui se permet de penser à son épanouissement personnel, et à une période ou en devenant mère on y accorde encore plus de poids. C’est une bonne chose! Malheureusement il y a aussi la réalité à prendre en compte…et tous les métiers que tu cites – qui me font rêver aussi! – sont franchement bouchés et difficilement accessibles pour en tirer un vrai salaire décent à l’heure actuelle. Sachant le bouleversement que représente l’arrivée d’un enfant, je ne te recommanderai pas de tout remettre en cause en même temps. Ce serait je crois beaucoup trop hasardeux, surtout alors que tu as la chance d’avoir une situation stable… Commences par un temps partiel, qui est effectivement un bon compromis (nb. 50% si tu peux c’est mieux sinon dans la réalité tu es moins payée mais ta charge de travail ne baisse pas autant), ça te laissera le temps de réellement réaliser et d’y réfléchir plus tranquillement!

    • Reply Fl3ur de lun3 25 juillet 2019 at 11 h 44 min

      Merci d’avoir partagé ton expérience et ton point de vue.
      C’est exactement ça : la réalité reste un frein. Si on se relance dans quelque chose de nouveau, qui nous plaît, mais que financièrement ça ne suit plus derrière, ça risque de vite devenir compliqué et les regrets vont s’installer. Et ce n’est surtout pas ça que je souhaite.
      Effectivement, de par mon statut de fonctionnaire, j’ai cette chance de la stabilité de l’emploi, mais je me sens parfois tellement pressée comme un citron, pour “rien” finalement (salaire pas à la hauteur des études, etc…) hormis la joie de faire avancer les enfants.
      Nous sommes en plein dans les calculs entre 50 et 75% histoire de comparer tout ça mais entre la CAF et le salaire, j’ai un peu peur que ce soit juste à 50%…surtout que ça changerait des choses au niveau de l’assistante maternelle. Mais dans l’idéal, c’est ce que je souhaiterais. Pouvoir être avec bébé et en profiter 5 jours sur 7… mais si on est obligés de faire 75% je me dis que ça fera quand même 4 jours sur 7 donc ce n’est pas si mal…
      Merci pour tes conseils en tout cas, ça fait du bien de pouvoir en parler !

  • Reply Maman Bulle 24 juillet 2019 at 23 h 15 min

    Je te comprends plus que plus (oui c’est pas français, et alors … Il est 23h10, il fait45° dans mon bureau, je dégouline littéralement donc je parle comme je peux :D)
    Je suis aussi à ce tournant et la naissance de mon fils y est pour quelque chose … Du coup je pense faire un bilan professionnel dans quelques mois (je reprends en septembre) … mais j’ai surtout très hâte d’attendre bébé 2 pour lancer une activité en parallèle pendant mon congé maternité. Et je reprendrais du congé parental car c’est humainement impossible pour moi de laisser mon bébé à 2,5 mois … même si c’est dur financièrement car on vit dans une société qui ne favorise pas du tout cela !
    En tout cas je t’encourage à suivre tes rêves et à te lancer dans tes envies si possible avec un filet de sécurité (genre un mi-temps de salarié , c’est pas mal quand même au moins tu as un revenu fixe) ! On se tient au jus 😀

    • Reply Fl3ur de lun3 25 juillet 2019 at 14 h 14 min

      Ahah je comprends ce que tu veux dire et tu es toute excusée, vue la chaleur, je compatis !
      Pareil, bébé aura 2 mois à la fin de mon congé maternité et ça me crève le cœur. J’aurais vraiment aimé pouvoir enchainer avec un congé parental, mais, une fois de plus, sur le plan financier, ce n’est pas possible :/
      C’est vrai que cette vision avec “filet de sécurité” est pas mal et pourrait finalement être un bon compromis. Pourquoi ne pas reprendre une formation en parallèle de mon boulot ? (Même si je sais qu’avec bébé à gérer, ce sera très dur…).

  • Reply ornellastro 30 juillet 2019 at 12 h 51 min

    C’est génial ce champ des possibles qui s’ouvre devant toi !

    • Reply Fl3ur de lun3 12 août 2019 at 17 h 46 min

      Oui…mais ce qui est difficile c’est plus au niveau de la réalisation / du timing. Et il ne faut pas se cacher que certains domaines sont un peu plus bouchés :/.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.