Books reviews

Soumission – Michel Houellebecq

15 mai 2016
Soumission - Michel Houellebecq 1

Houellebecq

machronique
Si vous suivez le blog depuis quelque temps, vous commencez à connaître les genres de lecture que j’aime, ceux qui ne me tentent pas et ceux que je n’ai jamais essayé. Ce titre de Michel Houellebecq, Soumission, est donc un peu détonant sur le blog. Alors pourquoi avoir réalisé une telle lecture ? J’ai eu la chance que l’on me prête ce roman, et ai donc été tentée par une nouvelle découverte, car je ne connaissais cet auteur que de nom, sans n’avoir jamais été réellement attirée par sa bibliographie.
Le résumé présent sur la quatrième de couverture, bien qu’il ne m’ait pas semblé alléchant, m’a tout de même intriguée.

Le début de ma lecture a été bien chaotique, puis j’ai rapidement accroché à l’histoire racontée par François, un professeur d’université, que l’on suit au début alors qu’il rédige sa thèse sur Joris-Karl Huysmans, soit-dit en passant il s’agit d’un écrivain français dont je n’ai jamais entendu parler. Ce personnage nous emmène donc dans un voyage au travers de sa vie, en France en 2022 (peut-on parler de roman d’anticipation ?). Le contexte politique n’est pas des plus simples, avec plusieurs partis livrant bataille pour la prise de pouvoir ; parmi eux, Mohammed Ben Abbes, dirigeant de la “Fraternité Musulmane”. Des hommes (et femmes) politiques actuel(le)s sont également évoquées tout au long du roman. Car oui, ce livre traite avant tout de politique, et franchement, qu’est-ce que c’est chiant ! qu’est-ce que ces passages m’ont embêtée ! Certes, je n’en suis pas une grande fan à la base, mais alors là, les passages politiques ennuyeux et alourdis par la plume de Michel Houellebecq, c’en était trop pour moi. Je n’ai pourtant pas lâché ma lecture, ayant envie de comprendre le point de vue du personnage sur ce qui l’entourait.

L’autre thème fortement abordé et découlant du second tour des présidentielles est l’islam. J’ai vraiment été de plus en plus dérangée, en avançant dans ma lecture, notamment par la vision que le personnage a de cette religion. Cela allant jusqu’à être parfois choquée par certains propos qui émanaient de lui et qui m’ont donné envie de pousser la recherche (afin de vérifier si cela réside dans le roman ou s’il s’agit de faits avérés propres à cette religion).

Enfin, le troisième sujet abordé, surtout au début du roman, alors que Myriam est présente, est le sexe. Et là encore, si la volonté de l’auteur a été de choquer, le pari est pleinement réussi. Il traite la femme comme un bout de viande, la réduisant au statut de “soumise” (le mot étant lui-même employé par le personnage-narrateur), sans doute une allusion au titre du roman.

Il est vraiment dommage que ces trois aspects prennent le pas sur l’histoire de la vie de François, même s’ils s’emboîtent parfaitement. C’est justement ce qui laisse un goût d’inachevé au lecteur. Le roman se terminant, sans grande surprise, par la conversion du narrateur à l’islam, il aurait été intéressant de mener le thème jusqu’au bout et d’aborder ainsi sa vie nouvelle et les changements que cela lui a apporté.
Malheureusement, ce n’est pas le cas…et c’est bien dommage !

enbref1

En refermant le livre on se demande finalement ce qui est le plus dérangeant dans ce roman : le style d’écriture ou les propos du personnages (d’ailleurs, ceux-ci sont-ils le reflet de ceux de l’auteur ?) ?

C’est donc une histoire en demie-teinte que nous propose ici Michel Houellebecq, puisqu’il a été capable faire se soulever en moi de nombreux sentiments : de la colère quant à sa vision de la femme, à la passion de son histoire personnelle, en passant par l’ennui quant à sa plume, bien trop lourde à mon goût.
J’ai tenté l’expérience Houellebecq et j’en ressors bien perplexe.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez peut-être

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.